Comment corriger certains défauts de quête

En plaine, la quête croisée permet au chien d'explorer méthodiquement l'espace qu'on lui propose. Nez au vent, il galope devant vous en effectuant de grands lacets ; il croise et découpe son terrain car c'est certainement la meilleure méthode pour ne passer aucun oiseau. Chaque virage est une prise de risque et beaucoup de chiens freinent très légèrement avant de l'amorcer ; ils se laissent ainsi la possibilité de mieux contrôler toutes les émanations avant de décider vraiment de remonter dans le vent et de tourner. Les très grands chiens ne tournent pas, ils virent... Inclinés à 45°, ils accélèrent dans le virage, pressés sans doute de laisser derrière eux, une infime zone inexplorée. En général, c'est un changement de culture, un chemin ou un obstacle naturel qui provoque le virage mais en grande plaine, cela peut aussi être l'étendue du lacet qui est mémorisé par le chien et reproduit de chaque côté.

Chaque chien a son propre style de quête : certains ouvrent, d'autres sont très à plat et s'étendent beaucoup mais la qualité du dressage influence forcément l'élève.

A force d'observer les parcours des chiens des autres conducteurs ont fini par reconnaître la patte de tel ou tel dresseur : les parcours se ressemblent souvent beaucoup d'un chien à l'autre et c'est bien normal, ils ont reçu le même dressage. Certains conducteurs ont la réputation d'être très méthodiques et leurs chiens le sont aussi, d'autres sont toujours sur la défensive... Aussi. D'autres sont connus pour leur fantaisie et leurs élèves font souvent preuve d'une grande liberté d'action parfois difficilement contenue.

De mon point de vue, le meilleur dresseur est celui qui laisse ses chiens exprimer leurs personnalités sans se laisser déborder pour autant. Il s'agit alors d'un parcours naturel où toute contrainte semble totalement absente. Quand on a la chance d'observer de tels chiens ont a la sensation qu'ils survolent leur terrain sans jamais le subir tellement cela paraît facile ; mon ami Jean Balestra comparait souvent ce genre de parcours à celui d'une truite ondulant de droite à gauche de la rivière pour remonter le courant.

En général, à part quelques différences de style, les parcours sont assez académiques et ne présentent que très peu de défaut : normal car somme toute nous parlons de professionnels du dressage.

Les principaux défauts dans la quête sont les suivants, il est toujours possible de les corriger  :

1/ Le chien part en arrière et chasse derrière vous. Très souvent, c'est parce qu'au cours des toutes premières sorties, il a levé des petits oiseaux qui sont partis dans le sens du vent et qui l'ont entraîné derrière vous. Depuis, il pense trouver du gibier derrière vous et chasse donc dans votre dos.

Lors des premières sorties emmenez votre chien en laisse ou au cordeau sur un oiseau que vous aurez placez environ 50 mètres en avant face au vent. Dès que le chien l'arrête, cachez lui les yeux et remettez l'oiseau entravé dans votre poche carnier sans qu'il s'en aperçoive. Si vous avez un aide c'est encore mieux. Reculez de 50 mètres et relâchez-le dans le vent. Nul doute qu'il va foncer en avant pour retrouver son gibier. Les fois suivantes lâchez du gibier sur le terrain qu'il doit explorer pour le motiver et l'encourager à continuer à aller de l'avant.

Très souvent, c'est aussi le lacet en dedans qui incite votre chien à passer derrière vous.

2/ Le chien fait des lacets en dedans. Tous les chiens font des lacets en dedans quand ils sont jeunes et c'est normal car comme nous ils ont un côté qu'ils préfèrent : ils sont droitiers ou gauchers. Le lacet en dedans se fera donc toujours du même coté. Si vous voulez vous en convaincre faites l'expérience suivante : faites asseoir votre chien et vous allez vous placer à 10 mètres derrière. Si vous l'appelez, il y a tout à parier qu'il va toujours se retourner par le même côté pour venir à vous ; vous en faites tout autant quand un ami vous interpelle dans la rue.

Au début, il ne faut pas se préoccuper de ce défaut de quête car votre chien va rencontrer des oiseaux et progressivement il va apprendre à prendre son vent pour les arrêter. Laissez-le faire et au début du dressage ne cherchez surtout pas à corriger le lacet, vous risquez d'accentuer le problème. En effet, votre élève ne comprend pas vraiment ce que vous lui voulez quand vous intervenez et son premier réflexe sera donc de rentrer vers vous à l'intérieur : exactement ce que vous ne voulez pas.

Tant qu'il tourne en dedans, ne sifflez jamais pour le faire virer et ce, aussi bien à droite qu'à gauche car vous allez associer le coup de sifflet avec le virage du côté qu'il préfère : quand vous sifflerez sur l'autre lacet, il obéira et tournera à l'intérieur sur son bon côté. Dès qu'il commencera à faire quelques bon lacets de son mauvais côté, accompagnez les systématiquement d'un Tut-Tut.

Par contre, dès que votre chien fera de bons lacets, ne tolérez plus le moindre lacet en dedans : dans ce cas, coupez sa quête et renvoyez le du côté où il est rentré à l'intérieur jusqu'à temps qu'il tourne bien. Il va très vite comprendre que pour avoir le droit aller explorer l'autre côté, il faut obligatoirement faire un bon virage.

En général, ce défaut passe assez vite si on évite de le renforcer par le dressage, il suffit simplement de sortir avec un bon vent et des oiseaux. En procédant de cette manière, vous ne contraignez que très peu votre chien et il gardera intacte sa joie de courir. La qualité et l'esthétisme de ses virages s'en ressentiront forcément. Certaines origines produisent des chiens qui ont ce défaut très marqué, avec ce genre de sujet, il faut commencer très jeune le dressage sinon cela peut durer très longtemps.

Une mauvaise utilisation du collier de dressage provoque également des retours en dedans et dans ce cas, c'est la seule responsabilité du conducteur qui pique son chien pour le faire tourner : ce qu'il ne faut jamais faire.

 

Le chien s'arrête,  ralentit sa quête ou nasille sur des pistes.

Pour les fields, il faut déjà apprendre à son chien à se vider avant le parcours. A chaque sortie, lâchez le sur le bord du terrain et attendez qu'il est fait ses besoins naturels avant de le raccrocher et de commencer votre parcours. Il va très vite comprendre qu'il doit passer par cette étape avant de pouvoir courir. En agissant ainsi, vous éviterez la grosse commission pendant le parcours, ce qui est peu esthétique. Bien entendu, il y a la minute de détente mais c'est plus fait pour se chauffer et se concentrer que pour cela.

Quand il quête, le chien doit maintenir une allure constante et il faut éviter qu'il casse son rythme ou ralentisse sur des pistes.

Au début du dressage votre chien ne connaît pas le mot « ALLEZ » et il va falloir lui enseigner rapidement sa signification.

Dès que le chien s'élance, dites « ALLEZ , dès que vous le voyez accélérer son allure, dites « ALLEZ ». Après deux ou trois jours de cet apprentissage, dites « ALLEZ » quand il passe devant vous et s'il accélère, c'est qu'il a parfaitement assimilé le sens de ce mot.

Plus tard, s'il s'arrête, nasille sur une piste ou ralentit, vous pourrez le relancer en disant « ALLEZ ».

Thierry HAMON
Dresseur professionnel