René Piat

C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai prononcé ce texte à la demande de Jean-Christophe Piat pour le décès de son père, René.

Comme vous tous, je viens de traverser les jolies plaines vallonnées de Baugy et de Monchy-Humières. Ce sont les terrains d’entraînement de René et tous ceux qui l’ont accompagné en plaine ont une anecdote à raconter ou le souvenir d’un chien qu’il a dressé ou encore celui d’un champion qu’il a présenté en concours. Pour d’autres, ce sera le souvenir d’une belle journée de chasse passée entre amis.

René est né ici à Baugy le 6 octobre 1917 et c’est en 1921 qu’il est engagé au château comme valet de chien : il a 11 ans et tout commence… En 1931, c’est la rencontre avec M.Herbelin qui arrive au château comme dresseur et c’est en 1934 qu’il dresse ses premiers chiens. René a trouvé sa voie et sa vocation, il sera dresseur de chiens d’arrêt et il va traverser le 20ème siècle avec un chien en laisse.

 

Sa carrière est immense : des milliers de chiens dressés, des centaines de champions dans toutes les races, des dizaines de titres mais sa grande passion sera et restera toujours la grande quête. La consécration de sa carrière sera sa première victoire à la Coupe d’Europe de grande quête avec Bona en 1957, puis il confirmera son talent en 1961 avec Hello et obtiendra enfin sa troisième Coupe d’Europe de GQ en 1972 avec Pipo.

A ce propos, il m’a dit un jour : « Gagner une Coupe d’Europe de grande quête, je me suis dit que cela pouvait être un coup de chance, trois j’ai pensé que ce n’était plus du hasard !

René a rivalisé avec les plus grands dresseurs du siècle dernier et aujourd’hui, le nom de Piat est connu dans toute l’Europe du chien d’arrêt : c’est l’héritage qu’il laisse à Jean-Claude et  Jean-Christophe. Ils en font bon usage et je sais que c’était sa plus grande fierté : il me l’a dit.

Le secret de sa réussite, c’est ce qu’il a dit un jour à Jean-Claude : « Si tu veux apprendre, regarde « 

 

Je l’ai accompagné pour sa dernière campagne de field. Jean-Christophe était au championnat du monde de gibier tiré et nous sommes parti tous les deux sur les routes d’Ile de France.

Le 9 octobre 2004, René faisait son dernier CAC avec Horace un épagneul breton tricolore, il venait de fêter ses 87 ans quelques jours auparavant pendant la Coupe de France.

Pendant toute cette semaine passée ensemble, il m’a parlé de sa vie et de sa très longue carrière. A un moment, je lui ai demandé ce qu’il voulait qu’on retienne de lui. Il m’a regardé droit dans les yeux et m’a répondu : « René Piat, dresseur de grande quête ».

Le 21 juin, il nous quitte. C’est le jour de l’été, une nouvelle saison de dressage commence déjà à Baugy…